Les ethnies du Laos

Les ethnies du Laos

Avec un peu moins de 7 millions d’habitants et une superficie grande comme presque la moitié de la France, le Laos est un des pays les moins densément peuplés du Sud-Est asiatique : seulement 27 habitants au km2.

Mais le Laos est une mosaïque ethnique. Il compte 50 ethnies répertoriées officiellement. La 50e ethnie reconnue par le gouvernement l’a été en 2018. Il s’agit de l’ethnie Brou qui compte 130 000 représentants dans la province de Savannakhet.

En fonction de leurs critères d'appréciation - la langue, l'origine du peuplement... - certains experts différencient pour leur part jusqu'à 80 groupes ethniques ! Chacune de ces ethnies parle son dialecte, possède ses coutumes, ses traditions, sa religion, etc.

Prière à Bouddha - That Luang, Vientiane

D'après la tradition Taï, le roi légendaire Khun Bourom envoya ses sept fils créer chacun son propre royaume dans la péninsule indochinoise. Son fils aîné Khun Lo, dont le nom est peut-être à l’origine du mot lao, part fonder le royaume de Luang Prabang.
Les autres frères se répartiront les royaumes de Xieng Khouang (Nord-Est du Laos où se situe la Plaine des Jarres), Ayutthaya (Nord de la Thaïlande), Chiang Maï (Nord de la Thaïlande), Sipsong Pan Na (Yunnan, Chine), Hamsavati (Est du Myanmar) et Tung Kea (Nord-Ouest du Vietnam).

Avant la colonisation française, les Taï Lao occupaient le Nord du Laos et le Nord-Est de la Thaïlande actuelle après être arrivés de Chine aux alentours du XIIe siècle. Après 1935 et la définition des frontières entre le Siam et le Laos, les Lao sont certes devenus l'ethnie majoritaire du Laos mais la plus grande majorité des Taï Lao, ceux de l’Isan, près de 4 fois plus nombreux, deviendront sujets du Siam.
Les langues respectives étant très proches, c’est pourquoi il est très facile aujourd'hui de se comprendre entre Laotiens et Thaïlandais du Nord de la Thaïlande.

Aujourd’hui, le gouvernement a choisi un classement des ethnies du pays en 3 groupes principaux qui sont les Laotiens « des plaines », « des versants » et « des plateaux ». Ce découpage se retrouve dans les institutions politiques avec une répartition représentative au Parlement.


Lao Loum ou « Laotiens des plaines »

Ils regroupent l’ethnie majoritaire Lao et différents groupes Taï : les Taï Daeng (Taï rouges), les Taï Dam (Taï noirs), Taï Leu, Taï Neua... Ils représentent environ 60 % de la population du pays.

Les Lao occupent traditionnellement la grande plaine du Mékong et pratiquent le bouddhisme théravada.

Femme Tai Lu - région de Nong Khiao
Maison des Esprits dans une rizière

Les autres groupes Taï vivent plutôt en altitude, le long des vallées fluviales du Nord et de l’Est du pays. Ils cultivent aussi bien le riz irrigué que le riz d’altitude. Ils pratiquent un culte des esprits « phi » aux accents animistes.

Le Lao, langue de l'ethnie majoritaire d'origine Lao, est maintenant une langue vernaculaire permettant à tous les laotiens de se comprendre.


Lao Theung ou « Laotiens des versants »
 

Représentant environ 30 % de la population, ils sont considérés comme indigènes et ont été repoussés vers les collines à l’arrivée des Taï.

Danse Khamu - région d'Oudomxay

Les Khamu sont considérés comme les tout premiers occupants du pays. Les Katu se répartissent le long de la cordillère annamitique et au Sud. Les Laven qui ont donné leur nom au plateau des Bolovens, littéralement « l’endroit des Laven », occupés également par les Ta Oï, les Lavé...

Femme Lavé - plateau des Bolovens
 
Au centre des villages Katu, la maison des ancêtres
 
Métier tendu entre les jambes, les tisseuses Katu rehaussent leur broderie de perles multicolores


Lao Soung ou « Laotiens des sommets »
 

Avec 10 % de la population, ils sont composés principalement des Hmong et des Yao (ou Mien). Ils utilisent des langues hmong-mien (ou miao-yao). La famille Miao-Yao est d’origine tibéto-birmane. Les Akha et les Lahu vivent encore parfois en complète autarcie. Ils pratiquent un mélange d’animisme et de chamanisme. Ils habitent essentiellement le Nord du pays.

Collier Hmong aux traditionnels "Lock Spirit" ou cadenas de l'âme 
Femme Lanten - région de Luang Nam tha
 
Village isolé Akha sur sa colline
 région de Muang Khua

Ces tribus sont arrivées tardivement, repoussées de Chine au début du XIXe siècle. Elles marquent un fort attachement clanique et portent encore parfois leur tenue traditionnelle.
 
Les tribus Hmong alliées des Français puis des Américains ont connu une intégration très difficile dans le Laos moderne compte tenu de leurs choix d’alliance durant les guerres d’Indochine.

Laos Autrement